De l'image de synthèse à la réalité virtuelle

Des tentatives d'amélioration et d'évolution

Devant les problèmes constatés dans l'utilisation des interfaces WIMP, les informatitiens ont trouvé plusieurs solutions. Celles-ci visent soit à rendre les interfaces WIMP plus efficaces, soit plus accessibles, ou bien remettent totalement en cause le modèle WIMP.

Le WIMP plus simple

La première idée à été de rajouter de nouveaux types d'éléments dans les interfaces afin d'aider l'utilisateur. C'est par exemple le cas des infobulles, qui donnent des informations sur l'objet pointé par la souris. On a aussi essayé de rapprocher les éléments du WIMP de ceux du réel, par exemple, les boutons dans les interfaces modernes, lorsqu'ils sont cliqués, donnent l'impression de s'enfoncer. Dans les premières interfaces, ils changeaient simplement de couleur. Aujourd'hui, il est même possible d'utiliser de vrais boutons pour contrôler une interface : c'est par exemple le cas des boutons multimédia que l'on trouve sur la plupart des claviers aujourd'ui, mais on trouve dans les laboratoires des objets plus perfectionnés comme des boutons rotatifs qui permettent d'agir sur l'ordinateur. Toutefois, ces éléments sont la plupart du temps liés à un objet de l'interface affiché à l'écran.

Le WIMP plus efficace

Plusieurs petites améliorations sont venues se greffer sur le WIMP original et permettent de gagner beaucoup de temps. Dès le départ, la lenteur de la souris avait été repérée et les concepteurs du système du Macintosh avait doublé la majorité des fonctions accessibles à la souris d'un raccourci clavier. Un peu plus tard, l'arrivée de souris à deux puis à trois boutons a permis d'ajouter les menus pop-up: ceux-ci sont accessibles plus rapidement qu'un menu classique placé en haut de l'écran ou de la fenêtre. Enfin, la molette des souris permet de faire défiler rapidement du texte, et c'est une invention dont personne ne peut se passer aujourd'hui. Les barres d'outils sont un autre exemple : elles permettent d'avoir sous la main les fonctions les plus souvent utilisées, accessibles en un seul clic au lieu de deux en passant par les menus, mais présentées sous forme d'icônes plutot que par leurs noms pour des raisons d'économie de place.

Mais toutes ces améliorations font que la même information peut se retrouver accessible par plusieurs endroits: par exemple, la fonction annuler de l'éditeur de texte avec lequel je rédige ce site peut être actionnée par le menu Édition, par un bouton de la barre d'outils, par le raccourci clavier Control Z et enfin par le menu pop-up qui apparaît quand je fais un clic-droit sur le texte. Cette redondance ne contribue pas à la simplicité d'utilisation de l'interface. Lorsque vous utilisez une cafetière, pourtant, il n'y a qu'un seul bouton permettant de faire du café, pas quatre différents! Il apparaît donc que simplifier une interface et la rendre plus efficace, sont, en informatique, deux choses incompatibles, et qu'une interface efficace doit forcément être très complexe à apprendre. Cela montre bien qu'il y a un réel problème et c'est pourquoi certains suggèrent d'abandonner le WIMP et de mettre autre chose à la place.

Le WIMP remis en question

Apple Macintosh
Un bureau en réalité augmentée utilisant ARWin

Abandonner le WIMP ne veut pas dire retourner à la ligne de commande : d'autres solutions ont été imaginées, en particulier gràce aux technologies que nous avons vu dans les autres parties de ce site. En effet, il existe maintenant des interfaces pour les ordinateurs ayant recours à la réalité virtuelle. Ainsi, on met un casque virtuel et on se retrouve dans une pièce qui ressemble tout à fait à un bureau, avec une armoire remplie de dossiers, une machine à écrire, et un téléphone. En s'approchant un peu on remarque toutefois des choses étranges : la surface du bureau affiche le nombre de messages reçus, et il est possible d'appuyer sur ce nombre pour lire les messages directement à la surface du bureau. Les fichiers dans l'armoire sont les mêmes dans tous les tiroirs, mais le premier permet de les consulter par ordre alphabétique, le deuxième par date, et ainsi de suite. Lorsqu'on met un fichier dans un tiroir, il apparaît aussi dans les autres ainsi que, pour certains tiroirs, dans les armoires d'autres collègues. La machine à écrire est capable d'utiliser un million d'encres de couleurs différentes, d'effacer et d'écrire du texte à volonté, d'insérer un paragraphe entre deux autres. Elle peut corriger toute seule les fautes de frappe et bien d'autres choses encore. Il est même possible de changer à volonté la couleur du mobilier et des murs, ainsi que le paysage qui apparaît à la fenêtre et l'ambiance sonore associée. Enfin, ce bureau est accessible depuis n'importe quel ordinateur. Il st donc possible de travailler depuis sa maison, ou à l'autre bout du monde, sans aucun problème.

La réalité augmentée propose une approche différente : les mêmes actions seront possibles, mais au lieu d'être dans un environnement virtuel, vous resterez dans la pièce où vous vous trouvez lors de la connexion. Vos dossiers apparaîtront tout seuls dès que vous prononcerez leur nom et disparaitront quand vous déciderez que vous n'en avez plus besoin. Il sera toujours possible de demander à l'ordinateur de changer le décor qui apparaît à la fenêtre. L'intérêt principal d'un système à réalité augmentée, c'est que vous resterez tout de même en contact avec le monde réel qui vous entoure : vous pourrez ainsi travailler tout à la fois sur des documents numériques et vos notes sur papier, et discuter avec des gens assis à côté de vous que d'autres installés n'importe où dans le monde.

Valid HTML 4.01 Strict Retour à l'accueil #Plan du site <Page précédente <Page suivante Nous contacter...